Chargement

Après Granada, la transition avec Masaya est difficile. Cette ville de 146000 habitants est sale, voire très sale (en fait c’est la ville la plus crade que l’on ait visitée). Dès que l’on arrive, la station de bus fait également office de décharge, cela donne l’ambiance… Sinon, pas grand chose à faire ici, si ce n’est visiter le « marché artisanal » situé dans un ancien fort, mais où on ne trouve pas grand chose de vraiment artisanal… décevant. Il y a tout de même une belle vue sur le volcan Masaya (toujours en activité) et sur la lagune du même nom.

Autour de Masaya se trouvent les Pueblos blancos, des petits villages où on devrait trouver des artisans locaux… mais là encore la déception nous attend au tournant. Masatepe n’a aucun intérêt, et son marché artisanal (un des meilleurs du pays selon le Lonely Planet) se résume à un marchand de meubles. Diria n’offre qu’un point de vue sur la Laguna de Apoyo, certes sympathique, mais aucune trace d’artisans… Seul le village de Catarina vaut le détour. La rue principale est bordée de nombreux artisans (surtout des potiers), et elle vous mène au Mirador d’où la vue est superbe sur la Laguna de Apoyo, avec Granada et le lac Nicaragua en fond. On a même pu voir une procession de jeunes portant l’effigie de la sainte patronne de la ville. Ils avaient l’air d’en chier (et apparemment c’était le but).  En revanche, la descente vers la lagune nous réserve des surprises ; tout d’abord sur la durée : 30 min selon le Lonely Planet, 1h30 selon les locaux. Ensuite, on s’est retrouvé face à des « guides » qui ont essayé de nous racketter (c’est le terme) pour que l’on paye un droit de passage. On a fait demi-tour sans avoir pu aller bien loin (c’est dommage, la balade semblait vraiment sympa).

Le lendemain, on a tenté une petite excursion vers le village de Nindiri (juste au nord de Masaya). Résultat : pas grand chose à voir (ni à manger d’ailleurs), musée fermé, balade vers une cascade introuvable (on commence sérieusement à se méfier du Lonely Planet).

L'église située sur la Parque central de Masaya
L’église située sur la Parque central de Masaya
Ici, on vend de la glace
Ici, on vend de la glace
La rue des vendeurs de hamacs
La rue des vendeurs de hamacs
Vue sur le volcan Masaya et le lac du même nom
Vue sur le volcan Masaya et le lac du même nom
Une fenêtre (il en fallait au moins une)
Une fenêtre (il en fallait au moins une)
Le "marché artisanal" de Masaya... aucun intérêt si ce n'est le bâtiment.
Le « marché artisanal » de Masaya… aucun intérêt si ce n’est le bâtiment.
La station de bus/décharge
La station de bus/décharge
Le marché municipal, sur la même place que la station de bus/décharge
Le marché municipal, sur la même place que la station de bus/décharge
L'église de Masatepe (elles se ressemblent toutes un peu)
L’église de Masatepe (elles se ressemblent toutes un peu)
Un chef indien qui a combattu les espagnols
Un chef indien qui a combattu les espagnols
Hasta Siempre
Hasta Siempre
euh ?
euh ?
La Laguna de Apoyo depuis le Mirador de Diria
La Laguna de Apoyo depuis le Mirador de Diria
La fête de la sainte patronne de Catarina
La fête de la sainte patronne de Catarina
Artisanat local
Artisanat local
La sainte patronne et ses porteurs
La sainte patronne et ses porteurs
Il ne faut pas jeter ses ordures ici...
Il ne faut pas jeter ses ordures ici…
Deux symboles du Nicaragua (la religion est super présente ici)
Deux symboles du Nicaragua (la religion est super présente ici)
En cas d'éruption
En cas d’éruption
Il ne reste pas beaucoup de place pour voir la route
Il ne reste pas beaucoup de place pour voir la route
Ne pas vomir... ne pas vomir
Ne pas vomir… ne pas vomir

 

 

2 réactions au sujet de « Masaya et les Pueblos Blancos – Nicaragua »

Répondre à Marie Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En haut