Chargement

Située sur une péninsule au sud-ouest de la Slovénie, la petite ville de Piran est connue pour les airs d’Italie qu’elle se donne. Son principal clocher est d’ailleurs une réplique du célèbre campanile de la place St Marc à Venise (entre 1283 et 1797, Piran faisait partie de la République de Venise). Des murs des anciennes fortifications de la ville sont encore présents. Depuis le port et les hauteurs de la ville, on a une vue superbe sur la petite côte slovène (de seulement 70 km) et sur la Croatie et l’Italie toutes proches.

Au sud, à la frontière croate, se trouvent les marais-salants de Sečovlje. Début septembre, c’est une arnaque, car aucune activité n’est présente, mais on paye quand même plein-tarif. Peu d’intérêt en soi, sauf peut-être pour se balader dans la deuxième partie des salines, celle du sud qui n’est plus exploitée depuis un certain temps.

Le chateau de Socerb, sur la route de Piran. Actuellement en réfection.
Les salines de Sečovlje
Un wagonnet pour le sel dont on se demande pourquoi il est encore là, vu qu’il n’y a pas âme qui vive sur le complexe
Ancienne maison de paludier dans la partie sud des salines
Les anciennes salines
La tempête est proche
Piran et pirates
La place Tartini, du nom du violoniste et compositeur Giuseppe Tartini, né à Piran.
Porte
et fenêtre
Cloître du monastère franciscain
Vue sur le port de Piran
Une petite ruelle conduisant sur les hauteurs de la ville
Vue depuis les hauteurs
Le petit port de Piran. Au loin, c’est l’Italie.
Petite maison
Si vous souhaitez commandez à boire, faites un signe devant la webcam
Vue sur le campanile depuis la place Tartani

La côte croate

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En haut