Chargement

Située au nord du Kosovo, la ville de Mitrovica (ou Mitrovicë en albanais et Kosovoska Mitrovica en serbe) est une ancienne ville industrielle et minière. Elle est divisée en deux parties, séparée par la rivière Ibar. Au sud de la rivière se trouve le quartier majoritairement albanais et musulman (environ 65000 personnes), au nord se situe le quartier majoritairement serbe et chrétien orthodoxe (environ 15000 personnes). Au sud, l’alphabet est latin, la langue est l’albanais et la monnaie est l’euro. Au nord, l’alphabet est cyrillique, la langue est le serbe et la monnaie est le dinar (même les réseaux de téléphonie mobile sont différents). La ville reste ainsi le symbole des divisions communautaires qui persistent au Kosovo (et plus largement dans les territoires de l’ancienne Yougoslavie).

Lors de la déclaration d’indépendance du Kosovo en 2008 (indépendance de la Serbie), Mitrovica a connu un regain de tensions. Les serbes du nord ont refusé de suivre les instructions des autorités kosovares (albanaises). Les accords de Bruxelles signés en 2013 par les gouvernements serbes et kosovares visaient à une normalisation des relations entre ces deux pays (la Serbie n’a jamais reconnu l’indépendance du Kosovo, et considère toujours ce territoire comme serbe). A la suite de cet accord, les cours de justice kosovares devaient ouvrir à Mitrovica nord au 10 janvier dernier, puis au 17 janvier… mais selon une source à l’EULEX (la mission de l’Union européenne au Kosovo), il va encore falloir du temps (il y a notamment des problèmes quant à l’intégration des anciens juges serbes au cours kosovares, la Serbie n’ayant pas encore passé la loi sur le transfert de leurs traitements et pensions). En gros, c’est encore bien le bazaar. Fin décembre, la minorité serbe du nord a ainsi construit un mur en béton juste au bout du pont principal reliant les deux parties de la ville (un pont reconstruit grâce à un financement de la France), et les autorités kosovares ont ordonné sa destruction. Hier (14 janvier), la Serbie a réouvert une voie de chemin de fer et envoyé un train avec des passagers vers le Kosovo. Peint aux couleurs serbes, ils comportaient une inscription « Le Kosovo c’est la Serbie » traduite en 21 langues. Il a été arrêté à la frontière et obligé de rebrousser chemin. Aujourd’hui, il y avait d’ailleurs un rassemblement pro-serbe sur la place Lazar Hrebeljanović (du nom d’un prince des Balkans utilisé comme figure par les nationalistes serbes).

Niveau touristique, Mitrovica nord est proche du néant. Le quartier a hérité de la période de Tito d’une architecture soviétique des plus horribles. Seuls un monument dédié aux mineurs et une église orthodoxe sont finalement à voir. Mais si on aime le street art, il y a pas mal de graffs sympas un peu partout, il faut se balader entre les immeubles pour les trouver.

Le « nouveau pont » de Mitrovica reconstruit grâce à un financement français. Pour le moment interdit à la circulation des véhicules. Seuls les piétons peuvent l’emprunter.
Coucher de soleil sur la rivière ibar, vu depuis le pont
Rives de la rivière Ibar, côté nord de Mitrovica
La statue de Lazar Hrebeljanović indiquant le lieu de la bataille de Kosovo Polje qui opposa l’Empire Ottoman à une coalition de princes des Balkans (1389). Souverain serbe de la dynastie des Lazarević, il est tué lors de la bataille de Kosovo Polje, il est vénéré comme un saint martyr par l’Église orthodoxe et fêté le 15 juin
Face à la communauté albanaise pro-clinton (Hillary a d’ailleurs sa statue à Saranda en Albanie), la communauté serbe de Mitrovica nord est pro-Trump, jugé plus proche des intérêts russes et serbes.
Juste en dessous de l’affiche de Trump (sur la placeLazar Hrebeljanović), un graff pro-serbe. Je n’ai pas réussi à traduire le haut, mais en bas apparaît le nom serbe de la ville (Kosovska Mitrovica). En arrière plan figure l’aigle à deux têtes du drapeau serbe, et au premier plan des manifestants…
Une manifestation, toujours sur la même place, avec des drapeaux serbes (et des drapeaux noir et vert que je n’ai pas reconnu)
Une vue du quartier nord depuis les bureaux de l’OSCE
Beautés de la construction d’inspiration soviétique
Une vue depuis les hauteur de la ville
Mitrovica vue depuis les hauteurs
Il y a pas mal de chiens errants dans la ville. Toutefois, ils ne semblent pas maltraités, sont nourris et pas du tout agressifs. La plupart viennent vous voir en remuant la queue et en demandant des caresses
Des portes défraîchies
Monument en l’honneur des héros de la mine, construit en 1973 sur les hauteurs de la ville. Il a été commandé par Tito à l’architecte Bogdan Bogdanovic.

En contre-bas du monument des mineurs se trouve l’église orthodoxe Saint Demetrius, du nom du Saint Patron de la ville. Au moyen-âge, la ville s’appelait d’ailleurs Demetrius, et elle a été renommée sous l’Empire Ottoman. L’Eglise est une construction récente, achevée en 2005.

Un graff sur le chemin entre les bureaux de l’OSCE et mon logement
Idem
idem
Un autre graff que j’ai bien aimé
Un peu partout dans la ville (sur les abris bus ou sur les arbres), on voit accrochés ces annonces nécrologiques… cela fait un peu bizarre j’avoue
Ici on mange de la viande, beaucoup (trop) de viande, et surtout du cochon… au restaurant il faut demander une demie-part, et malgré cela, vous vous retrouvez avec 4 saucisses dans l’assiette (je vous laisse imaginer la part « normale »)
Le cabinet de l’un des sept avocats de la partie nord de la ville…
Les locaux de la future cour de justice de la partie nord de la ville. Elle devait ouvrir le 10 janvier…
Une statue devant la Cour de justice

Une réaction au sujet de « Arrivée à Mitrovice Nord »

Répondre à Joly M Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En haut